Orientation syndicale de l’Unsa Transport

Au dernier congrès de l’UNSA transport

La mondialisation a besoin des transports. Les chaînes d’approvisionnement, les entreprises de transport et de logistique ainsi que les entreprises transnationales de transport de passagers se mondialisent. Des géants tels que Google, Amazon ou Uber s’invitent dans le marché des transports avec leurs propres modèles, particulièrement déstabilisateurs.

La numérisation et l’automatisation impactent les emplois dans le secteur des transports : conduite autonome (dé)chargement automatique, billetterie  automatique, services de transport et de logistique intelligents, avec un suivi et une surveillance plus efficaces des véhicules et des marchandises, mais aussi des travailleurs.

L’économie basée sur les plateformes propage rapidement de nouveaux concepts de mobilité pour le transport de marchandises et de passagers. Elle remet  profondément en question les emplois dans le secteur des transports. Elle pose la question de la protection des données ainsi que des questions de santé et de sécurité des salariés.

Le changement climatique et la progression de conditions climatiques extrêmes affectent déjà les infrastructures de transport dans certaines régions (inondations, la chaleur extrême tempêtes plus fréquentes et plus violentes).

Les infrastructures endommagées constituent un problème pour la sécurité.

Le transport se transforme radicalement sous l’effet d’une restructuration continue, de la privatisation, de l’introduction de la concurrence dans le transport des passagers et des matières. On sait aujourd’hui qu’en plus de la voiture autonome dans les 4/5 ans à venir, il n’y aura plus d’ici 25 ans de voitures thermiques à la vente, mais des véhicules électriques ou à d’autres types d’énergie (pas encore élaborées à ce jour).

L’UNSA transport doit établir un rapport de force dont les formes peuvent être différentes suivant le contexte : grève, manifestation, lobbying, média, juridique …

L’UNSA transport doit continuer de pratiquer un lobbying parlementaire français et Européen pour améliorer les conditions de travail des salariés du transport.

L’UNSA transport se battra pour que le secteur des transports ne devienne pas un service à bas coûts, mais plutôt un secteur attractif pour les travailleurs et les entreprises en règle.

L’UNSA transport doit lutter contre le dumping social et le cabotage. C’est une de nos priorités. L’établissement de conditions “équitables”, revendiquées par l’ETF dans le secteur des transports permettra d’instaurer une concurrence loyale dans le secteur et une coexistence équitable de tous les modes de transport.

L’UNSA transport a conscience que le programme Grand Paris, va impacter pendant des années, non seulement le quotidien des Franciliens, mais aussi nos métiers du transport.

C’est pourquoi l’UNSA transport doit constituer un groupe de travail permanent entre les différentes composantes de la Fédération et les syndicats du Pôle 7 pour discuter du statut des salariés, de l’ouverture à une concurrence nationale et également internationale.

L’UNSA transport et le Pôle 7 doivent peser ensemble sur les politiques publiques nationales et européennes en continuant à se rapprocher et travailler ensemble.

L’UNSA transport doit militer pour que ses instances soient le reflet du pays aussi bien en termes de genre que d’âge.

L’UNSA transport intégrera dans ses formations syndicales un module sur la discrimination et plus particulièrement sur le sexisme.

L’UNSA transport a conscience de l’absence de représentation féminine au sein de ses instances fédérales et s’engage à y apporter des solutions dans l’année qui vient.

L’UNSA transport doit motiver et mieux soutenir ses militants et plus particulièrement dans la phase critique de la création d’une section syndicale, première pierre d’un développement.

L’UNSA transport pour assurer son développement a besoin de la solidarité des syndicats pour mutualiser ses moyens et s’entraider et permettre à la fédération de se développer.

L’UNSA transport doit produire une ligne politique claire UNSA qui apporte un renouveau dans le syndicalisme.

L’UNSA transport fort de ses adhérents, représente une part non négligeable de la voix du secteur privé au sein de l’UNSA national. Il importe de la rendre plus forte, plus audible et en position de peser sur certaines prises de position et de décisions de l’UNSA.

L’UNSA transport milite pour un renforcement de l’interprofessionnalisé au sein des UD.

L’UNSA transport continuera sa communication tout en s’améliorant. Feux Verts est une vitrine importante de la communication des syndicats. La communication 2.0 doit continuer à être développée et mieux maîtrisée par les syndicats.

L’UNSA transport se doit d’améliorer les conditions de travail, que ce soit pour ses salarié-es ou ses personnes détachées : fréquence d’ouverture, télétravail, vidéoconférence …